INSOMNIE

 

TRAITEMENT INSOMNIE

Les traitements médicamenteux

* Parmi les traitements phytothérapiques, seule la valériane a été évalué cliniquement : son effet est modeste. Il est recommandé d'utiliser les extraits aqueux (tisanes) ou les extraits hydroalcooliques qui ne contiennent pas de composants toxiques.

Les plantes telles que tilleul, mélisse, oranger ou verveine sont utilisées traditionnellement dans l'insomnie mais n'ont quasiment pas été évalué.

* parmi les traitements modernes, on retrouve :

-les antihistaminiques H1 (doxylamine, diphénydramine, hydroxyzine), utilisés dans les allergies, mais, du fait de leurs propriétés sédatives, sont parfois prescrit dans l'insomnie. Il existe parfois des effets indésirables atropiniques (vertiges, sécheresse de la bouche, fatigue) ;

-les essais cliniques concernant les benzodiazépines, utilisées traditionnellement pour leur propriétés anxiolytiques, ont montré une réduction du temps d'endormissement de 14 minutes, et une augmentation rapportée de la durée du sommeil de 49 minutes (62 minutes en enregistrement) ;

-les évaluations des hypnotiques ont montré des résultats similaires aux benzodiazépines ;

Que ce soient les benzodiazépines ou les hypnotiques, il existe des effets indésirables conséquents : vertiges, somnolence diurne, troubles de la mémoire, du comportement (amnésie, somnanbulisme,conduites automatiques, parfois délictueux), chutes et accidents, accoutumance, syndrome de sevrage et dépendance[4]. Les benzodiazépines et les hypnotiques sont classés dans les drogues entrainant une toxicomanie.

-d'autres psychotropes sont parfois utilisés pour traiter une insomnie, mais dans des indications particulières, et de façon très restreintes, notamment du fait d'une balance bénéfice-risque nettement défavorable : antidépresseurs, méprobamate, barbituriques, neuroleptiques

l'acupuncture

D'après une synthèse réalisée par le réseau Cochrane les patients traités par acupuncture rapporte une amélioration de la qualité du sommeil. Par contre il ne semble y avoir aucun bénéfice en termes de réduction de la durée d'endormissement ou d'augmention de la durée du sommeil.